Découverte, Ingrédients

Des microplastiques découverts dans le sang humain pour la première fois

Cuillère avec microplastiques découvert dans sang humain première fois

En Hollande, des chercheurs ont publié une étude capitale dans Environment International, faisant état d’une nouvelle méthode détectant les microplastiques à travers des analyses de sang. A la suite de ces analyses, des microplastiques ont été retrouvés dans le sang de 17 volontaires sur 22. Dans cet article, nous enquêtons sur les risques que présentent ces plastiques pour notre santé et nous vous donnerons des astuces pour les repérer et les éviter.

 

Définition et utilisations des microplastiques

Ce que l’on appelle communément “microplastique” est en fait une particule de plastique solide invisible à l’œil nu et mesurant moins de 5 millimètres. Un microplastique provient majoritairement de différents plastiques s’étant détériorés au fil du temps (objets plastiques, vêtements et ingrédients cosmétiques).

Dans l’industrie cosmétique, entre 1 250 et 1 910 tonnes de microbilles de plastique sont ajoutées sciemment chaque année dans les produits par les fabricants. Pourquoi? Et bien pour commencer ce composant est très peu cher et peut remplir une bouteille assez rapidement. Ensuite, les dérivés de plastique sont souvent utilisés car ils permettent d’augmenter la sensorialité du produit.

En plus des microplastiques, la plupart des fabricants de cosmétiques conventionnels ajoutent des plastiques dits “liquides” tels que les silicones par exemple. Toujours peu coûteux, ils donnent de la texture à produit et couvrent la peau et les cheveux d’un film de plastique très fin, ce qui vous donne une impression de “douceur” à l’utilisation.

 

Ce que nous dit l’étude

Les chercheurs ont adapté des techniques déjà existantes pour détecter et analyser les particules de plastique. Grâce à des aiguilles spéciales, ils ont pu tester le sang de 22 volontaires et ont retrouvé des microplastiques dans le sang de plus de 80% du panel.

Certains échantillons contenaient même deux ou trois types de plastique! La moitié des échantillons contenaient du plastique PET (bouteilles plastiques), un tiers contenaient du polystyrène (emballages), et un quart contenaient du polyéthylène (sacs plastiques).

Leurs recherches démontrent que les microplastiques peuvent se déplacer dans notre système et se loger dans nos organes. Les risques à long terme sur la santé sont encore inconnus, mais les chercheurs sont déjà inquiets: la pollution de l’air par le plastique fait déjà des millions de morts chaque année, alors quels seraient les risques dans nos cellules?

Leurs résultats indiquent que les particules de plastique auraient pu entrer dans notre système sanguin à travers l’air, la nourriture, l’eau ou encore les cosmétiques et produits d’entretien.

 

Les risques potentiels liés aux microplastiques

La plupart des études sur le sujet n’en sont qu’à leurs balbutiements, mais elles sont déjà inquiétantes. En effet, c’est en juillet dernier que deux chercheurs allemands ont découvert que les particules microplastiques pouvaient s’attacher à nos globules rouges et endommager leur fonctionnement. Une autre étude similaire était publiée en janvier dernier dans Environment International alors que des particules plastiques avaient été détectées dans le placenta d’une future maman.

Selon un rapport de Systemiq et The Pew Charitable Trusts, le nombre de déchets plastiques flottant dans l’océan va tripler d’ici 2040, ce qui nous laisse avec beaucoup de questions: Ces particules restent-elles dans nos corps? Se déplacent-elles dans les organes? Est-ce que cela déclenchera des maladies?

Malheureusement ces questions resteront sans réponse pour l’instant. Il faudra attendre d’autres études sur le sujet pour découvrir les effets possibles à long terme.

 

Les lois sur les microplastiques en cosmétique

Comme vous le savez désormais, les microplastiques sont utilisés dans toutes sortes de produits: engrais, produits phytopharmaceutiques, détergents, peintures etc.

Heureusement, dans le secteur cosmétique il existe une organisation qui lutte contre les composants qui peuvent s’avérer dangereux: l’European Chemical Agency (ECHA). Cette organisation se bat pour faire passer une proposition de loi qui interdirait environ 90% des microplastiques utilisés dans différentes industries.. Si elle est adoptée, cette loi serait intégrée à l’ensemble législatif de l’Union Européenne REACH (Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals). Ainsi nous pourrions éviter une pollution de 400 000 tonnes de plastique en 20 ans.

En ce qui concerne la France, l’Assemblée Nationale a voté pour interdire les microplastiques des cosmétiques en décembre 2019, mais les entreprises ont une période de transition jusqu’en 2027 pour changer les compositions de certains produits. Cette interdiction n’exclut pas les plastiques liquides.

 

Astuces pour reconnaître et éviter les microplastiques en cosmétique

Comme nous l’avons mentionné précédemment, les fabricants de cosmétique conventionnelle adorent jongler entre les plastiques solides et liquides:

  • Les Microbilles et autres particules de microplastiques, ingrédients texturisants et exfoliants qui peuvent se retrouver notamment dans les gels douches, gommages, dentifrices et autres produits de soins.
  • Les plastiques liquides,ingrédients qui lient les composants et apportent cet effet de “douceur” à la peau et les cheveux, ils sont beaucoup utilisés dans les shampoings et les crèmes.

 

Cependant, ce n’est pas si simple de les identifier dans les listes INCI de vos produits, car les plastiques et microplastiques peuvent exister sous plusieurs dénominations.

Alors si vous cherchez à les bannir de votre salle de bain, concentrez vous sur la liste des ingrédients et repérez les noms suivants:

  • Polymeres: -polymers, acrylates copolymer, alkyl alkylate crosspolymer…
  • Poly-ethylenes ou -propylenes : polyethylene glycol, polypropylene…
  • Silicones: -icone, -oxane, dimethicone, cyclopentasiloxane…
  • Ingrédients finissant par -vinyl, -cellulose

 

La position d’Ecogarantie® et d’autres labels sur le sujet

Une autre manière d’être certain(e) de ne pas utiliser des produits qui contiennent du plastique: les labels écologiques.. Certains sont plus stricts que d’autres, mais tous interdisent les plastiques et microplastiques: Cosmébio, Nature & Progrès, Slow Cosmétique, COSMOS etc…

Chez Ecogarantie®, nous avons fait le choix d’être les plus stricts en Europe en ce qui concerne les listes d’ingrédients interdits et le pourcentage d’ingrédients bio dans les produits certifiés. Si nos processus de certification vous intéressent, nous vous recommandons de lire cet article.

 

Les microplastiques font malheureusement partie de notre vie quotidienne: ce que nous mangeons, l’air que nous respirons et les cosmétiques que nous appliquons sur notre peau font que nous y contribuons aussi. Nous espérons que cet article vous aura apporté davantage de connaissances sur le sujet et qu’il vous aidera à éveiller les consciences autour de vous.

Amélie
Communication manager
Amélie
Communication manager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin