Labels écologiques : s’y retrouver dans cette jungle de greenwashing

post-summer blues eco labelled products winter routine hands with cream in a heart shape

Notre ami muppet le dit lui-même : “ce n’est pas facile d’être vert”. Mais dans un monde où le mot vert a pris un tout nouveau sens, Kermit a raison, ce n’est certainement pas si simple. Si vous pensez que de meilleures habitudes de consommation signifient une meilleure compréhension, vous trouverez dans cet article les clés pour acheter sans penser à deux fois à la confiance que vous pouvez accorder aux labels écologiques. 

“Ce n’est pas facile d’être vert”

Si vous essayez de changer vos habitudes de façon plus durable mais que vous avez du mal à vous y retrouver avec les labels écologiques, nous pouvons facilement comprendre : lequel choisir ? quelles sont les garanties ? est-ce qu’ils sont fiables ? C’est pourquoi chez Ecogarantie nous voulons changer cela et vous aider à consommer différemment. 

Consommer « différemment », oui, mais comment ? Ces derniers temps, acheter pour prendre soin de soi ou pour des produits ménagers est devenu un parcours du combattant : nous sommes facilement perdus entre les labels écologiques compliqués, ceux que l’on ne connaît pas et les produits soi-disant éco labellisés. Il serait compréhensible que vous ressentiez un besoin soudain de fuir face à cette abondance d’informations.

Mais si vous êtes toujours là, vous souhaitez certainement savoir ce que vous achetez vraiment et d’où proviennent ces produits. Découvrons ensemble ce que représentent réellement les labels écologiques et comment faire la différence entre un vrai label écologique et un autoproclamé. 

Quel est l’objectif d’un écolabel ?

Afin d’acheter de manière responsable, vous devriez savoir quel est le but réel du label écologique apposé sur le produit en question. Ceci étant dit, la plupart d’entre eux ont un double objectif : d’un côté, ils promeuvent des produits avec un impact mineur sur l’environnement comparé à des produits similaires. De l’autre, ils informent et donnent de la visibilité aux consommateurs à propos des effets sur l’environnement de la production, la consommation et le traitement des déchets de ces produits. 

Cela implique de prendre en compte le cycle de vie entier du produit. Chaque étape de la chaîne logistique aura un impact sur l’environnement : de l’extraction de la matière à la production et au transport, il est donc crucial d’avoir une approche multi-impact. En effet, les labels écologiques ne peuvent pas se concentrer uniquement sur l’amélioration d’un aspect environnemental, car ils peuvent en négliger d’autres aussi importants et générer ainsi un transfert de pollution. 

Par exemple, le remplacement des sacs plastiques par des sacs en papier : chacun a ses avantages et ses répercussions environnementales. Si ce n’est que la consommation d’énergies fossiles générée par le sac plastique est remplacée par la consommation de bois pour les sacs en papier avec un risque de surexploitation de la forêt.       

Souvenez-vous de ça : quelque chose de réutilisable est toujours préférable par rapport à quelque chose de recyclable. 

Comment identifier un bon label écologique ?

Imaginez vos marques préférées de produits de beauté. Elles savent que les cosmétiques naturels sont tendances et qu’ils représentent l’avenir mais leurs produits sont remplis de substances chimiques. Si une marque souhaite être perçue comme écologique et/ou naturelle, elle peut directement imprimer une étiquette de label provenant de Google Images et l’apposer sur ses produits. Pas de contrôle, pas de directives, rien. Un simple copier coller fait l’affaire et en tant que consommateur, on est parfois dupé. 

Quelques marques n’hésitent pas et utilisent cette méthode, ce qui est franchement effrayant. Heureusement et pour garantir leur fiabilité, un label écologique certifié a des directives à suivre avant que celui-ci puisse être utilisé. 

Un des éléments qui garantit la fiabilité d’un label écologique est le respect d’un cahier des charges qui présente des critères environnementaux stricts. Le respect de ces conditions pour un produit donne accès au label écologique.

L’autre élément est le contrôle d’un certificateur : sans aucune inspection d’un organisme de contrôle indépendant, le consommateur ne détient aucune preuve sur les garanties proposées par le label. 

Vous devez également identifier l’engagement envers la nature du label choisi :  un bon label écologique ne doit pas seulement être concerné par l’environnement, mais également par les humains et les animaux. C’est pourquoi les meilleurs labels écologiques ont une politique de responsabilité environnementale et sociale claire à propos de l’égalité salariale, le non-test sur les animaux pour les produits, la discrimination et la transparence dans la chaîne de production. 

Une autre erreur commise par les consommateurs qui veulent bien faire, c’est confondre label écologique et label bio, alors qu’en réalité ils ne défendent pas les mêmes choses. 

Labels bio ou écologiques, quelle différence ?

On dit d’un produit qu’il est « biologique » lorsqu’il est cultivé en suivant une méthode de production qui exclut les produits chimiques et les OGM. Cependant, un produit est dit « écologique » lorsque son design, sa conception, son emballage, sa distribution et son recyclage sont pensés d’une manière qui minimise l’impact sur l’environnement. 

Cela veut dire qu’un produit biologique n’est pas nécessairement écologique et vice versa. Si vous prenez une tomate par exemple, elle peut être biologique et écologique si vous l’achetez à un producteur local qui n’utilise pas de pesticides et qui se sent concerné par l’environnement car il utilise des chevaux à la place des tracteurs. 

A l’inverse, une tomate biologique qui vient d’un autre pays n’est pas nécessairement écologique à cause du transport par bateau ou avion, et une tomate écologique vendue en vrac n’est pas nécessairement cultivée biologiquement. 

En général, la différence entre les labels bio et les labels écologiques n’est pas si évidente, c’est pourquoi il est intéressant de rester informé. Finalement, choisir un label écologique qui inclut une politique biologique dans ses standards est évidemment la meilleure option que vous pouvez espérer. 

Où puis-je trouver toutes ces informations ?

Trouver ses repères dans cette multitude de produits éco labellisés devient de plus en plus difficile. Nous sommes convaincus qu’une simplification de la communication autour de l’environnement est nécessaire et qu’elle encouragerait probablement les consommateurs à changer leurs habitudes de  façon plus durable.  

De plus, il faut prendre les déclarations des marques qui pratiquent le greenwashing avec des pincettes, car beaucoup d’entre elles inventent des critères de labels écologiques qui n’existent même pas : « naturel », « formule biodégradable », « respecte l’environnement ». Ces mentions dominent sur les packagings pour améliorer la visibilité du produit, mais ne sont pas vérifiées par un organisme de contrôle indépendant. 

Pour vous assurer que le label est réellement écologique, posez-vous les questions suivantes : 

  • Le label est-il inspecté par un organisme de contrôle indépendant ? 
  • Est-ce qu’il y a un cahier des charges avec des critères clairs et stricts pour protéger l’environnement ? 
  • Le label couvre-t-il tout le cycle de vie du produit, du design au traitement des déchets ? 

En général, vous pouvez trouver ces informations sur le site web du label, dans leur politique de responsabilité sociale et environnementale (s’ils en ont une), ou sur des sites web comme Infolabel, une source très fiable qui explique tout ce que vous devez savoir si vous voulez faire confiance à de vrais labels écologiques.

2021-01-05T10:51:58+01:00janvier 4, 2021|Cosmétiques, Labels, Produits écologiques|0 commentaire

Laisser un commentaire

Go to Top