Catégories:

Transition environnementale : est-il possible de réduire son empreinte écologique ?

Environmental transition - Sustainable solutions

Objectif neutralité carbone : Comment y parvenir d’ici 2050 ?

Le réchauffement climatique est aujourd’hui une réalité incontestable. Les émissions de gaz à effet de serre, dont le dioxyde de carbone (CO2), continuent d’augmenter et ont atteint un niveau record en 2022. Pour limiter le réchauffement à +1,5°C comme prévu par l’Accord de Pari, il est impératif de réduire drastiquement et rapidement ces émissions. L’objectif est d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, c’est-à-dire un équilibre entre les émissions de CO2 et leur absorption. But how can this be achieved in practical terms? Here’s an overview of the solutions.

Quels sont les enjeux climatiques pour la transition environnementale ?

Tout d’abord, il convient de rappeler brièvement le contexte dans lequel nous nous trouvons. Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) estime que pour avoir une chance de contenir le réchauffement climatique sous la barre des +1,5°C, il faudrait diminuer les émissions mondiales de CO2 de 45% dès 2030 par rapport à 2010 puis atteindre la neutralité carbone vers 2050.

Or, en 2022, les émissions ont encore atteint un nouveau record après le rebond post-Covid ! Sans action rapide et radicale, les prévisions du GIEC sont alarmantes : un réchauffement entre +2°C et +4°C d’ici 2100.

Les conséquences potentiellement catastrophiques sont nombreuses :

  • Hausse du niveau des mers et risques d’inondation
  • Canicules et sécheresses plus fréquentes
  • Baisse des rendements agricoles
  • Extinction accélérée d’espèces animales et végétales


L’enjeu est donc vital pour l’humanité. Comment inverser rapidement la tendance et plafonner les émissions, voire les réduire à zéro ? C’est tout l’objet de la neutralité carbone et de la transition environnementale.

Concrètement, l’objectif global de la transition environnementale est de diviser par 6 les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2050, par rapport à 1990.

En France, la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) fixe des objectifs ambitieux :

  • -40% d’émissions en 2030 par rapport à 1990
  • -50% en 2035
  • Neutralité carbone (~0 émissions nettes) en 2050


Ces objectifs ont même été inscrits dans la loi énergie-climat de 2019. Ils impliquent une réduction drastique de nos émissions dans tous les secteurs : transports, logements, industrie, agriculture, énergie. Des changements majeurs sont donc à prévoir dans nos modes de vie !

Quelles sont les solutions technologiques envisageables pour la transition environnementale ?

Heureusement, nous ne partons pas sans armes dans ce combat contre le réchauffement climatique. De nombreuses solutions technologiques existent déjà ou sont en développement pour décarboner notre économie :

Dans l’énergie

  • Développer massivement les énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse durable) pour remplacer les énergies fossiles très émettrices (charbon, pétrole)
  • Améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, des procédés industriels et des moyens de transport
  • Déployer des technologies de capture et stockage du CO2 pour les activités difficilement décarbonables (sidérurgie, cimenterie…)


Dans l’industrie

  • Mettre en place des procédés industriels plus efficaces énergétiquement
  • Recycler et réutiliser davantage les matières premières pour limiter l’extraction de ressources vierges très carbonée
  • Utiliser des matériaux de construction bas-carbone comme le bois ou des bétons décarbonés


Dans les transports

  • Accélérer le passage aux véhicules électriques et à l’hydrogène décarboné
  • Recourir davantage aux biocarburants durables
  • Favoriser les mobilités douces (marche, vélo) en ville grâce à des aménagements adaptés
  • Développer les transports collectifs et les mobilités partagées


Dans l’agriculture

  • Généraliser l’agroécologie, l’agroforesterie et l’agriculture de précision, moins consommatrices d’intrants
  • Améliorer l’alimentation animale pour réduire les émissions de méthane des ruminants
  • Stocker le carbone dans les sols grâce à des pratiques culturales adaptées


De nombreux rapports, comme Afterres2050, montrent qu’il est possible d’atteindre la neutralité carbone en France à ces horizons en combinant sobriété et efficacité énergétique, électrification des usages, et décarbonation complète du mix électrique. Mais cela implique des évolutions majeures dans nos modes de vie.

Quels sont les changements nécessaires des modes de consommation pour la transition écologique ?

En effet, la technologie ne suffira pas. Nous devrons également modifier en profondeur nos habitudes de consommation pour réduire nos besoins en énergie, en matières premières et nos émissions.

Au niveau individuel, il s’agira par exemple de :

  • Réduire le gaspillage alimentaire et adopter un régime plus végétal
  • Recourir davantage aux transports en commun et aux mobilités douces
  • Choisir des logements plus compacts et mieux isolés
  • Réduire la consommation de biens manufacturés, mieux les entretenir et les recycler pour prolonger leur durée de vie
  • Modérer le chauffage et la climatisation pour limiter les consommations d’énergie


Les entreprises devront également évoluer pour internaliser les coûts climatiques de leurs activités :

  • Généraliser l’écoconception des produits pour réduire leur empreinte carbone sur l’ensemble de leur cycle de vie
  • Adopter une comptabilité carbone et la prendre en compte dans les décisions d’investissement et de gestion
  • Renforcer l’économie circulaire, du réemploi à la valorisation des déchets


L’évolution des modes de vie et de consommation sera cruciale pour parvenir à la neutralité carbone et réaliser une transition environnementale. Elle implique des changements en profondeur des comportements individuels et collectifs.

Quel est le rôle des politiques publiques pour accélérer la transition écologique ?

Cette transition écologique de grande ampleur nécessite un pilotage et un accompagnement fort de la part des pouvoirs publics à tous les niveaux : international, européen, national et local.

De nombreux outils sont à disposition :

  • La réglementation environnementale, pour interdire les technologies les plus émettrices et imposer des normes d’efficacité carbone
  • La fiscalité écologique, pour renchérir les énergies carbonées et rendre les solutions bas-carbone plus compétitives
  • Les subventions et incitations financières pour accompagner les acteurs dans leur transition
  • La planification écologique, pour fixer des objectifs contraignants aux acteurs publics et privés
  • Information and awareness-raising for citizens and businesses
  • Le soutien à la R&D dans les technologies vertes et au déploiement des innovations

 

La puissance publique a donc un rôle majeur à jouer pour créer un cadre réglementaire, économique qui favorise l’émergence d’une société bas carbone. Il est temps d’agir ensemble pour construire notre futur durable.

Mathilde
Social Media & Public Relations Manager
Mathilde
Social Media & Public Relations Manager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *